Appel à communication: Le Québec et ses autrui significatifs

Il en va du Québec comme des autres sociétés, il aime à se comparer.

Qu’on en juge par la popularité des classements en tous genres. Publics savants ou profanes, décideurs politiques ou économiques, médias d’information ou de variété, tous affectionnent ces mesures qui miroitent la place du Québec dans le monde. Le Québec progresse-t-il ou décline-t-il? Doit-il être heureux ou triste de son sort? Son niveau de vie, de bien-être, de pouvoir d’achat, d’éducation, de santé ou de loisir est-il enviable? Ses villes, ses universités, ses festivals sont-ils appréciés?

La polysémie des objets de comparaison évoque la polyphonie des questions posées, mais aussi la cacophonie des interprétations proposées. Car, de ces comparaisons en débat sont dégagées des avenues d’action: des spécialités sont valorisées, des trajectoires sont corrigées; des fonds sont débloqués, des politiques sont implantées. L’enjeu de la comparaison se déplace ainsi vers l’amont et vers l’aval, vers l’intention, l’objet, l’interprétation : comment mesurer – et définir – le cours d’une société? Comment mesurer – et prioriser – la valence d’un indicateur par rapport à un autre? En bref, quel modèle privilégier? De ces comparaisons en débat font jour des débats de sociétés.

Pour lire la suite de l’appel à communication – le Québec et ses autrui significatifs, suivez ce lien.

Le Québec et ses autruis significatifs appel à communication

Date butoir: 1er octobre 2017

Dieser Beitrag wurde unter Aktuelles, Call for Papers veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.