CfP: Les poétiques et éthiques du « vivre avec » : Productions féministes canadiennes, autochtones et québécoises de nos jours

PARTIE I: Banff Centre, Alberta (Canada)
11-14 octobre 2018

PARTIE II:  Université norvégienne des sciences et de technologie, Trondheim (Norvège)
Automne 2019

Des événements historiques et politiques tels que la Commission et le Rapport de la vérité et de la réconciliation du Canada, les mouvements Idle No More et Black Lives Matter , le décret anti-immigration de Donald Trump, les crises de réfugiées qui sont en cours, les récentes controverses entourant l’appropriation culturelle, les catastrophes environnementales, ainsi que la persistance systémique de la violence sexualisée et racisée soulignent les constantes inégalités perpétuées par les espaces coloniaux dans un monde global isé, en plus des difficiles confrontations entre les différentes perspectives et visions du monde. Ce sont des préoccupations cruciales qui ont été largement discutées par des théoricien.ne.s et praticien.ne.s culturel.le.s autochtones, féministes et anti-racistes, et diverses formes d’intervention de justice sociale ont été faitesdans les milieux scientifiques, publics, et culturels populaires afin d’exposer encore davantage la persistance de motifs historiques d’oppression, de domination et de complicité. Les explorations éthiques et poétiques du «vivre avec» pourraient aider à revisiter, comprendre, dénoncer et résister à ces violences lentes et accélérées.

S’appuyant sur le caractère chargé et interpelant du verbe prépositionnel “vivre avec,” cette conférence internationale bilingue se concentre sur les notions de corporéité, de reconnaissance et d’agentivité qui ont historiquement nourri les écritures féministes tout en prenant de nouvelles formes au tournant du nouveau millénaire. Parmi ces formes nouvelles ou renouvelées se trouvent les éthiques féministes du care mises de l’avant par le travail de la psychologue Carol Gilligan et amplifiées par les expertises de Joan Tronto et María Puig de la Bellacasa. D’autres manifestations incluent les performances et productions d’artistes autochtones telles que KC Adams et Dana Claxton, le féminisme matériel de Stacy Alaimo et de Karen Barad, la pensée posthumaniste de Rosi Braidotti et de Kristen Lillvis, et l’essor des affects féministes avec la «felt theory» de Dian Million et les travaux de Sara Ahmed et de Lauren Berlant. Ayant ces cadres conceptuels, certainement vastes mais aussi interreliés, en tête, nous nous intéressons au tissage complexe qui rassemble les notions de vivreavec, d’alliance, de cohabitation, de résistance, de responsabilité (response-ability), d’inter-dépendance, et de communauté. Notre but est de mieux comprendre les structures, les circonstances et les dynamiques sociales, affectives et matérielles de la relationalité, que nous souhaitons aborderen termes humains, nonhumains, écologiques et technologiques et au travers de productions culturelles autochtones, canadiennes et québécoises d’expressions française et anglaise, incluant la littérature, le cinéma, les arts visuels, la musique, etc.

L’objectif principal de la conférence est l’étude de représentations du «vivre avec» en tant que formes radicales de rencontre, d’engagement et de care entre le soi et l’autre. Nous empruntons l’analogie du toucher de Karen Barad pour situer notre conception de l’éthique en tant que «matter of response»: «each of ‘us’ is constituted in response-ability. Each of ‘us’ is constituted as responsible for the other, as the other» (2012). En plaçant fermement l’éthique au cœur du projet critique, nous cherchons à réfléchir de manière soucieuse aux expressions, potentialités, et limites possibles de cette relation. De plus, par l’étude de productions littéraires et artistiques, nous espérons réagir aux instabilités et aux asymétries qui façonnent les expériences du «vivre avec» en questionnant les notions clés de fragilité, de vulnérabilité, d’intersubjectivité et d’appartenance dans une variété de contextes et d’espaces où les expériences d’empowerment et d’assujettissement interagissent et «intra-agissent» (Barad).

See the full CfP in French and English, here.

Deadline for Proposals: Feb. 2, 2018.

Dieser Beitrag wurde unter Aktuelles, Call for Papers veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.