Conférence en ligne: « Mon meilleur ennemi : le superhéros nationaliste et ses acolytes dans les comics books québécois et canadiens »

, De 12 h 00 à 13 h 00 sur MS Teams

Description : Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) vous invite à la conférence de Philippe Rioux (U. Concordia), qui s’intitule « Mon meilleur ennemi : le superhéros nationaliste et ses acolytes dans les comics books québécois et canadiens », et qui aura lieu vendredi, 15 octobre 2021, de 12 h à 13 h. L’événement se déroulera en ligne sur la plateforme Microsoft Teams. Les personnes intéressées doivent s’inscrire préalablement en remplissant le formulaire suivant : https://forms.gle/Hm5q7wc2TG2LfMii8. Un lien vers l’événement vous sera envoyé au plus tard la veille de la conférence. Il n’est pas nécessaire d’installer Teams pour participer à cette rencontre : le lien pourra s’ouvrir dans votre navigateur internet.

Résumé

Qu’ont en commun Robin, Superboy et Fleur-de-Lys? Ce sont tous des acolytes (sidekick) prêtant main-forte à un superhéros titulaire qui supervise leurs actions. Soumis à l’autorité de leurs maîtres, ils doivent constamment prouver leur valeur, soit par un entrainement exigeant, soit par leurs exploits répétés. Ce rapport de force devient particulièrement évocateur lorsqu’on le considère sous l’angle des nationalismes qu’il transpose et exacerbe. Dans les comics québécois et canadiens, la récupération de cet archétype permet effectivement d’aborder les tensions politiques, linguistiques et culturelles qui divisent les principales sociétés distinctes du Canada. À partir du moment où les superhéros et leurs acolytes incarnent l’un ou l’autre (voire l’un ET l’autre) des camps qui s’opposent, leurs rapports deviennent encore plus significatifs parce qu’ils participent à la circulation de certains idéaux (anti-)nationalistes et identitaires, quand ils ne les promeuvent pas directement. C’est ainsi que les duos formés de Northguard et Fleur-de-Lys, d’Angloman et Poutinette ou de Captain Canuck et Kebek portent dans les comics nationaux un discours et des représentations politiquement connotées.

Notice biographique

Philippe Rioux détient un doctorat de l’Université de Sherbrooke en études françaises incluant un cheminement en histoire du livre de l’édition. Ses travaux portent sur l’histoire de la bande dessinée en Amérique du Nord et, plus spécifiquement, sur les transferts culturels entre les corpus américains et québécois. Dans le cadre d’un stage postdoctoral réalisé à l’Université Concordia, il s’intéresse aux représentations de l’héroïsme dans les bandes dessinées publiées au Québec. Il est aussi professionnel de recherche au Centre de recherche interuniversitaire sur le français en usage au Québec (CRIFUQ), où il collabore à la composition et à la transcription d’un corpus de bandes dessinées intégré au Fonds de données linguistiques du Québec.

Dieser Beitrag wurde unter Aktuelles, Veranstaltungen veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.