„Kleine Fächer – Große Potenziale“ Förderung von wissenschaftlichem Nachwuchs (Postdoc) durch das BMBF

Mit der Förderung im Rahmen der Bekanntmachung „Kleine Fächer – Große Potenziale“ des Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF) erhalten bis zu zehn exzellente Nachwuchswissenschaftlerinnen/Nachwuchswissenschaftler (Postdoc) aus den Kleinen Fächern, wie der Kanadistik, die Möglichkeit, sich für den Zeitraum von drei Jahren an einer Universität oder Forschungseinrichtung in Deutschland mit selbstgewählten, neuen innovativen und gegebenenfalls interdisziplinären Forschungsfragen zu beschäftigen.

Die letzte Möglichkeit eine beurteilungsfähige Projektskizzebei dem beauftragten Projektträger in deutscher Sprache einzureichen endet am 15. September 2018.

Details zum Programm und den Bewerbungsunterlagen, finden Sie hier.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Ausschreibungen | Hinterlasse einen Kommentar

MITACS Fellowship Programs for Students, Post-Docs, and Professors

MITACS is a national, not-for-profit organization that has designed and delivered research and training programs in Canada for 18 years. Working with 60 universities, thousands of companies, and both federal and provincial governments, we build partnerships that support industrial and social innovation in Canada. Mitacs offers fellowships for research, internships, and training for students, Post-Docs, and Professors.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Ausschreibungen | Hinterlasse einen Kommentar

Appel de textes : Revue Fémur (prolongé)

Problématique : « Le travail dans la littérature québécoise contemporaine »

« Le travail, c’est bien une maladie, puisqu’il y a une médecine du travail », disait Coluche en 1995. Au-delà de l’humour, la citation révèle une conception négative du travail et affirme l’exact opposé de l’adage populaire « le travail, c’est la santé ». En effet, avec l’industrialisation d’abord, puis avec l’essor du néolibéralisme et la précarisation récente de l’emploi, le travail est plus souvent perçu comme une source de souffrance qu’un vecteur de bien-être. Au tournant des années 1980 en France, Dominique Viart parle d’un réveil de la littérature du travail (2011) qui « accuse autant qu’[elle] met en forme une idée de perte généralisée, dont l’aboutissement est la précarité grandissante – du travail et de l’expérience humaine qu’il génère » (David, p. i). Alors que le constat est sensiblement le même de l’autre côté de l’Atlantique, il est très peu question de « la job » dans la critique littéraire québécoise. C’est à cette question de la représentation (ou de l’absence de représentations) du travail dans le théâtre, la poésie, la bande dessinée, l’essai et le roman québécois que le premier numéro de FÉMUR sera consacré.

De Jean Rivard le défricheur aux Pensées pour jours ouvrables de Bureau Beige (2017) en passant par Le cassé (1964), Môman travaille pas, a trop d’ouvrage (1976) et les nombreux romans historiques qui prennent pour décor un Québec ouvrier du siècle passé, le travail prend plusieurs formes et occupent différentes fonctions (narratives, identitaires, idéologiques, critiques) qui ont surtout été étudiées sous l’angle de la sociocritique et de la sociologie. Central à certaines conceptions féministes (Toupin, 2014) et marxistes de la société, le travail (et son envers le chômage, par exemple) conserve en effet, dans les œuvres et dans la critique littéraire québécoise, une profondeur historique qui en fait un objet politique ou à tout le moins, un objet qui problématise les liens entre littérature et politique. À ce titre, le joual, qui domine les représentations des milieux populaires à Parti pris notamment, illustre bien cette jonction entre projet littéraire et projet politique (marxisant), à l’horizon d’une poétique du travail spécifique. Des décennies plus tard, des questions similaires, à propos de l’engagement de l’oeuvre et de l’écrivain, de l’oralité et de la fonction critique de la littérature, se posent à la lecture de l’oeuvre romanesque et poétique d’Érika Soucy (Les murailles, L’épiphanie dans le front), des Confessions d’un cassé (2015) ou des Contes du travail alimentaire (2011), mais aussi d’un texte comme Retraite de Renaud Jean (2014), qui opère une critique de la doxa économique par l’entremise du motif de l’ennui et de la retraite.

Suivant en cela les changements économiques qui amènent de nouvelles « normes » et « formes » de travail, un grand nombre de Québécois⋅es se trouvent dans l’obligation d’occuper des emplois atypiques (pigiste, travail « par projets », contrats, temps partiel, intérim, stages, travail « au noir », à domicile, de nuit, etc.). Quelle place les œuvres québécoises contemporaines réservent-elles à ces travailleurs⋅euses précaires ? Quel portrait les textes dressent-ils de la main d’oeuvre issue des régions plus éloignées, dont les possibilités d’avenir sont dictées par les réalités propres au territoire habité ? Et qu’en est-il des femmes qui, malgré leur « présence accrue sur le marché du travail depuis le dernier siècle », assument toujours « les deux tiers des corvées domestiques » (Hamrouni, p. 2) ? Entendu comme l’ensemble des activités et des soins prodigués pour assurer le maintien du bien-être d’une personne, le care rendu par les femmes fait-il l’objet de représentations dans la littérature québécoise ? S’apparente-t-il à une forme de travail ou est-il plutôt décrit en termes de choix personnel, voire de vocation propre à la gent féminine ?

Sur les plans esthétiques et poétiques, les littératures du travail soulèvent également plusieurs interrogations. Perçu comme routinier, le quotidien des travailleurs⋅es laisse parfois difficilement place à l’événement et appelle une langue répétitive ou technocratique. Comment les oeuvres s’accommodent-elles de cette monotonie ou, au contraire, de la contrainte de la productivité tous azimuts ? Existe-t-il, au sein de certains projets littéraires, « un caractère expérimental [qui s’efforce de traduire] la “novlangue néolibérale” (Krzywkowski, p. 73) » ? Conjointement à la question de l’écriture se pose celle du rapport à la réalité : certains genres sont-ils privilégiés pour relater l’expérience du travail (romans historiques, formes hybrides, formes dramatiques, fictions documentaires, biographies, récits, témoignages, etc.) ? Quelle valeur l’institution leur accorde-t-elle ; y a-t-il un « coût symbolique » élevé aux représentations du travail ? Enfin, au-delà du projet de représentation, les littératures du travail comportent-elles d’autres visées ? Quelle conception de la littérature et de ses « pouvoirs » mettent-elles en jeu ?

The full Call for Proposals can be found here.

Date de tombée : 31 juillet 2018.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Call for Papers | Hinterlasse einen Kommentar

Appel : Journée d’études « La commémoration au Québec : carrefour mémoriel et identitaire »

La journée aura lieu le 22 mai 2019, à l’Université du Québec à Montréal.

Occupant les espaces politique, médiatique et intellectuel (Cottret et Henneton, 2010, p. 12), la commémoration est un phénomène de grande échelle constituant désormais un objet d’étude à part entière pour les chercheurs de différents domaines s’intéressant aux enjeux de la mémoire, à sa mise en récit et aux lieux de son expression. Spectacularisation de l’histoire, la commémoration peut s’envisager selon plusieurs perspectives complémentaires. L’une d’entre elles est bien entendu l’analyse des productions culturelles qui mettent en scène la mémoire : pageants historiques, œuvres de fictions, et ouvrages historiques sont en effet autant de regards portés sur le passé qui traduisent le rapport à la mémoire d’une époque donnée. Un autre point de vue, supposant un certain recul historique, est de considérer le phénomène commémoratif lui-même comme l’un des espaces où se donnent à voir, à travers l’intervention d’acteurs issus de divers horizons, les enjeux de l’histoire contemporaine (Nelles, 1999, p.12). Suivant ces deux approches, il apparait clair que la commémoration se situe au carrefour de multiples considérations qui peuvent être autant d’ordre économique, qu’esthétique, politique, commerciales, identitaire ou même personnel. C’est cette nature particulière des phénomènes commémoratifs que cette journée d’étude veut mettre en lumière, en s’intéressant à la commémoration en contexte québécois.

The full Call for Proposals can be found here.

Date limite: 1er Septembre 2018.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Call for Papers | Hinterlasse einen Kommentar

Appel de textes : Revue Globe, numéro thématique consacré aux jeu vidéo

Globe. Revue internationale d’études québécoises sollicite des propositions d’articles en vue de la préparation d’un numéro thématique consacré aux jeux vidéo.

Avec plus de 231 entreprises recensées en 2016 (Rapport TECHNOCompétences), comprenant de grands studios comme Ubisoft, Warner, Eidos et Gameloft ainsi que de plus petites entreprises regroupées au sein de la Guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec (« la plus grosse coopérative de jeux vidéo indépendants au  monde »),  nul  ne  peut  contester  l’importance  de  l’industrie québécoise du jeu vidéo. Qui plus est, et comme le note la Guilde, «Montréal et Québec sont reconnus à l’échelle internationale comme des capitales du développement de jeux vidéo». Pour répondre aux besoins toujours croissants de cette industrie, la programmation, l’animation 3D, le design numérique et la conception de jeux vidéo sont maintenant enseignés tant dans le cadre de programmes universitaires que dans les formations offertes au niveau collégial. Les centres et groupes de recherche étudiant le jeu vidéo sont reconnus (on pense au Technoculture, Art and Games (TAG) de l’Université Concordia, au groupe Homo Ludens de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’au laboratoire LUDOV de l’Université de Montréal). Enfin, en entrant au Musée de la Civilisation à Québec par l’entremise de l’exposition «Une histoire de jeux vidéo», ce que l’on qualifie depuis les années 1990 de dixième art a bel et bien marqué sa place dans le paysage médiatique et la culture québécoise.

Ce numéro thématique s’inscrit dans la foulée des approches plus locales de l’histoire. Car s’il existe des histoires globales du jeu vidéo telles que Phoenix: The Fall & Rise of Videogames (Herman, 1994), The Ultimate History of Video Games (Kent 2001), The Video Game Explosion: A History from PONG to PlayStation and Beyond (Wolf, 2007) et Replay. The History of Video Games (Donova, 2010), celles-ci se concentrent sur « les gros canons », à savoir les productions américaines, japonaises et européennes. À l’exception du chapitre sur le Canada de Dominic Arsenault et Louis- Martin Guay dans l’ouvrage Video Games Around the World (Wolf, 2015) et de quelques articles publiés dans des revues, entre autres sur les jeux indépendants (comme le Vol 7, No 11 publié en 2013 par la revue Loading… de l’Association canadienne d’études vidéoludiques), on a peu écrit sur la création vidéoludique québécoise pourtant fort riche.

En s’intéressant au jeu vidéo, Globe désire ouvrir les horizons sur ce qui se crée au Québec.  D’une part, il  ne s’agit  pas  seulement  d’examiner  la  production  depuis l’arrivée de la compagnie française Ubisoft à la fin des années 1990 et de la fulgurante croissance qui a suivi, mais aussi de réfléchir au développement qui a mené à la création de la Guilde. En ce sens, s’il est difficile de ne pas tenir compte des productions AAA de grande envergure, notamment au moment de la sortie d’Assassin’s Creed: Origins, il ne faut en revanche pas laisser pour compte les jeux vidéo indépendants autant, sinon plus, créatifs et innovants. D’autre part, il est tout aussi nécessaire de se tourner vers les autres communautés. En effet, loin des clichés antisociaux, le jeu vidéo est au cœur de la formation de diverses communautés. Outre celle des développeurs, il est nécessaire de souligner l’activité et l’impact des communautés de joueurs/euses sur la réception et de celle des collectionneurs/euses sur la conservation. Tant du côté des universitaires, de la presse officielle que de celui des fans très actif sur le Web, le discours des divers commentateurs/trices mène aussi à une certaine pensée du jeu vidéo québécois.

The full Call for Proposals can be found here.

Date limite: 1er Septembre 2018.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Call for Papers | Hinterlasse einen Kommentar

CfP: Adaptation and the Protean Poetics of Margaret Atwood

Laboratoire TIL (EA 4182), Center for Canadian Studies (Dijon), Université de Bourgogne-Franche Comté, February 1st, 2019

Margaret Atwood has long been appreciated for her ardent defense of Canadian authors and her genre-bending fiction, essays and poetry. However, an aspect of her work that has come under less scrutiny is her work both as adaptor and as source for adaptation in media as varied as opera, television, film, or graphic novels. Recent critically acclaimed television adaptations of the novels The Handmaid’s Tale (Hulu) and Alias Grace (Amazon) have rightfully focused attention on these works, but Atwood’s fiction has long been a source of inspiration for artists of various media, a seeming corollary to Atwood’s own tendency to explore the possibilities of media (graphic novels), genres (science-fiction) and narratives (testimonial and historical modes) previously undervalued by the literary community. Indeed, whether approaching the account of Canadian settler Susanna Moodie (Roughing it in the Bush) or canonical texts of Western literature (The Odyssey, The Tempest), Atwood’s adaptations demonstrate a willingness to relocate narratives to contemporary settings, to build new generic sites (from prose to poetry; from text to image) and to focus on universal – but newly revisited – themes. Beyond the different media to which her fiction has been transposed, one could argue that Atwood’s multi-layered persona as novelist, poet and essayist has engineered a sea change in Canadian studies, shaping the face of Canadian literature through its themes of national identity, gender, and environmentalism. Thus her work as a whole, with its constant emphasis on protean transformation, becomes a source text from which much of contemporary Canadian fiction has emerged.

See the full Call for Papers in English and French here.

Deadline for proposals: September 30, 2018.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Call for Papers | Hinterlasse einen Kommentar

CfP: Special Issue Black Editorship in the Early Atlantic World (Atlantic Studies)

Guest edited by Nele Sawallisch and Johanna Seibert (Obama Institute for Transnational American Studies; Johannes Gutenberg-University Mainz)

Scholarship on early African American print has developed substantially in the last decade. Major collections like Lara Langer Cohen and Jordan Alexander Stein’s Early African American Print Culture (2012) or George Hutchinson and John K. Young’s Publishing Blackness (2013), along with Eric Gardner’s Black Print Unbound (2015), have sparked new conversations between African American and print culture studies. This scholarship has also enriched prevailing views on Black print from America by moving beyond the authorship paradigm, engaging with questions of “originality.” Scholars such as Joanna Brooks, Frances Smith Foster, Joseph Rezek, Leon Jackson, Teresa Goddu, Meredith McGill, and others have studied an impressive array of print media, materials, and genres, ranging from slave narratives, speeches, and broadsides to novels, poems, and engravings. In a landmark special issue for American Periodicals in 2015, Eric Gardner and Joycelyn Moody foregrounded the relevance of serial media and of newspapers and magazines.

Our proposed special issue will contribute to and expand upon this early ground-breaking work by turning toward the yet underexamined issues of Black-produced serial print media as well as Black-run print businesses in the eighteenth and nineteenth centuries in the larger circum-Atlantic world. Recent digitization projects and searchable databases such African Newspapers, Series 1 & 2, 1800-1925 and Caribbean Newspapers, Series 1, 1718-1876 encourage us to explore a wider range of geographies and languages. Operating at the intersections of periodical and early Black Atlantic studies, the proposed issue will focus on the editorial and print entrepreneurial activities of Blacks in North America, the Caribbean, Cuba, South America, West Africa, and metropolitan Europe until 1900. Consequently, we encourage work that attends to the multi-language enterprise that these activities represent. Contributors may therefore cover Black Atlantic periodicals in English, Spanish, French, Dutch, Danish, Portuguese, and Arabic. In this context, we hope to rethink prevalent notions of editorship, as not merely involving peoples, materials, and infrastructures that transcended geographical and political boundaries but also embracing processes of cultural and linguistic translation.

See the full Call for Papers here.

Deadline for proposals: October 31, 2018.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Call for Papers | Hinterlasse einen Kommentar

Frankfurt 2020: Incentive for Purchasing Translation Rights and for Publishing in German

Canada will be the Guest of Honour at the Frankfurt Book Fair, the largest event of its kind, in October 2020. In this context, the Canada Council for the Arts will support the purchase of translation rights and the publication of works by Canadian authors for the German-speaking market. Specifically, the Canada Council, in partnership with the Department of Canadian Heritage, is setting up a one-time initiative for the translation, and in some cases, the production and promotion of Canadian works into German. For the duration of the initiative, the Council will fund the translation of works by Canadian authors even in genres normally outside its mandate. Opened for applications in March 2018, the initiative runs in the lead up to the Frankfurt Book Fair 2020, when Canada will showcase as the Guest of Honour country.

Application information

Who can apply?

–        Book publishers operating in German-speaking markets

What can you apply for?

–        Translation of Canadian literary and non-literary works into German

–        Expenses for associated promotional and production costs

How can I apply?

Complete and submit the application forms by email (preferred) or by mail/courier.

Further information: https://canadacouncil.ca/initiatives/frankfurt2020?_ga=2.245508164.1343970528.1531426327-509396061.1526319930

Contact details:

Meredith Quaile PhD, Gestionnaire de projet, Francfort 2020 | Project Manager, Frankfurt 2020

Direction générale du commerce international, Secteur des affaires culturelles | International Trade Branch, Cultural Affairs Sector

Ministère du Patrimoine canadien | Department of Canadian Heritage

meredith.quaile@canada.ca

Veröffentlicht unter Aktuelles, Ausschreibungen | Hinterlasse einen Kommentar

Neue Publikation: Länderbericht Kanada

Herausgegeben von Ursula Lehmkuhl

Kanada ist bezogen auf seine Fläche der zweitgrößte Staat der Erde, hat aber nur etwa halb so viele Einwohner wie Deutschland. Für scheinbar endlose Landschaften und atemberaubende Anblicke ist das Land ebenso bekannt wie für den Nationalsport Eishockey und seine Beteiligung an UN-Friedensmissionen. In der internationalen Wahrnehmung wird Kanada meist überschattet von dem übermächtigen Nachbarn USA, mit dem es ökonomisch, militärisch und kulturell eng verbunden ist, zu dem es aber außenpolitisch Distanz hält.

2017 feierte Kanada den 150. Jahrestag seiner Unabhängigkeit. In den vergangenen Jahrzehnten ist dabei zunehmend ein Ausgleich zwischen Franko- und Anglokanadiern gefunden worden, und die Geschichte der indigenen Bevölkerung Kanadas und deren heutige Lebensrealität scheinen an Einfluss auf das kulturelle und politische Leben zu gewinnen.

Der Länderbericht – herausgegeben von Prof. Ursula Lehmkuhl – bietet grundlegende Informationen zu Geschichte, Politik, Geografie, Wirtschaft, Gesellschaft und Kultur Kanadas. Er eröffnet einen fundierten und zugleich kritischen Einblick in ein vielfältiges und faszinierendes Land und würdigt dabei auch das frankophone und indigene Erbe des Landes. Der Länderbericht kann hier für 4,50 € als Printausgabe bestellt werden. Dort steht auch eine Leseprobe bereit.

Am 27.6. 2018 wurde der Länderbericht Kanada in der Bundeszentrale für Politische Bildung in Bonn vorgestellt. Es diskutierten die Herausgeberin Ursula Lehmkuhl und die beiden am Länderbericht beteiligten Autoren Wilfried von Bredow und Wolfgang Klooß zum Thema „Kanada – Das bessere Nordamerika?“. Die Bundeszentrale für politische Bildung hat die Veranstaltung aufgezeichnet und auf ihrer Facebook-Seite zur Verfügung gestellt.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Neuerscheinungen | Hinterlasse einen Kommentar

New Publication: Promoting Canadian Studies Abroad – Soft Power and Cultural Diplomacy

Editor: Stephen Brooks, Series: Palgrave Macmillan Series in Global Public Diplomacy

This volume examines the history and current state of Canadian studies in a number of countries and regions across the world, including Canada’s major trading partners. From the
mid-1980s until 2012, Canadian studies was seen as an important tool of soft power, increasing awareness of Canadian culture, institutions and history. The abrupt termination in 2012 of the Canadian government’s financial support for these activities triggered a debate that is still ongoing about the benefits that may have flowed from this support and whether the decision should be reversed. The contributors to this book focus on the process whereby
Canadian studies became institutionalized in their respective countries and on the balance between what might be described as Canadian studies for its own sake versus Canadian studies as a deliberate instrument of cultural diplomacy.

Veröffentlicht unter Aktuelles, Neuerscheinungen | Hinterlasse einen Kommentar